Champs d’expertise
Installations de laboratoire parmi les plus importantes au Canada

La science du bâtiment est l’étude des interactions entre les divers matériaux, produits et systèmes utilisés dans la construction et celle de leur impact sur les usages et les occupants de ces bâtiments et les environnements dans lesquels ils sont situés.

L’enveloppe du bâtiment est un ensemble d’éléments et/ou de systèmes jouant un rôle de séparation entre les conditions intérieures et extérieures (ou entre des milieux intérieurs différents) ainsi que de protection des occupants et des matériaux. L’enveloppe du bâtiment contribue au contrôle des échanges qui se produisent entre l’environnement intérieur et l’environnement extérieur auxquels elle est exposée.
C’est la compréhension des principes physiques reliés aux phénomènes d’échange de mouvement d’air, de chaleur et d’humidité et de leurs effets qui permettra de concevoir des assemblages d’enveloppe du bâtiment pouvant adéquatement contribuer au contrôle de l’environnement intérieur tout en respectant les critères de performance et de durabilité.

Étanchéité à l’air
Une implication constante dans la rédaction de normes, l’élaboration de cours de formation et la présentation d’archives techniques

L’humidité peut être véhiculée de l’intérieur vers l’extérieur ou de l’extérieur vers l’intérieur à travers l’enveloppe du bâtiment par les fuites d’air ou, plus précisément, par l’exfiltration d’air chaud et humide. L’air s’échange à travers les fissures ou les ouvertures présentes dans les assemblages et peut transporter des quantités importantes de vapeur d’eau.

Cette condition peut devenir problématique lorsque de l’air chaud et humide intérieur atteint la partie de l’assemblage où les températures sont inférieures au point de rosée, entraînant la condensation de la vapeur d’eau en excédent.
Dans les climats froids, cela peut se produire lorsque l’air chaud et humide intérieur s’exfiltre vers l’extérieur froid. Dans les climats chauds, cela peut se produire lorsque l’air chaud et humide extérieur s’infiltre vers l’intérieur climatisé et frais.

Étanchéité à l’eau
Un carrefour de connaissances et de savoir-faire
L’infiltration d’eau dans l’enveloppe du bâtiment est un problème fréquent et elle constitue la principale cause des problèmes liés à l’accumulation d’humidité. Les causes les plus communes sont conséquentes à une mauvaise conception des détails, à la méconnaissance des propriétés des matériaux ou encore à une mauvaise exécution provoquée par l’utilisation d’une main-d’œuvre non qualifiée, par un manque de contrôle de la qualité et/ou par un manque d’entretien.
Comportement thermique
Conformité de l’enveloppe du bâtiment
Durabilité

Comme les températures de part et d’autre de l’enveloppe du bâtiment sont rarement égales, des échanges de chaleur se produisent inévitablement de façon continue à travers celle-ci. Ces échanges de chaleur ont un impact important sur le rendement de l’enveloppe du bâtiment. Entre autres, si les échanges de chaleur sont trop importants, la consommation d’énergie sera élevée et le confort des occupants sera fortement compromis.

De plus, les échanges de chaleur peuvent créer des conditions favorables à la condensation si de l’air humide entre en contact avec des surfaces dont la température est inférieure à son point de rosée. Cela peut favoriser la détérioration des matériaux et également des problèmes de qualité de l’air par la croissance de moisissures. Il est donc important de tenir compte de ces échanges, de les comprendre et de les contrôler dans la mesure du possible.

Pour assurer que les bâtiments soient sécuritaires et que l’enveloppe du bâtiment soit performante et durable, leur conception et leur mise en œuvre doivent rencontrer certaines exigences et règles. Les exigences pour les concepteurs en ce qui a trait à la nature, à la mise en œuvre et à la performance attendue des différents éléments constituant l’enveloppe du bâtiment sont définies dans différents types de documents tels que des codes, des normes, des procédures et d’autres références reconnues. Il faut également vérifier que ce qui est mis en place respecte les exigences énoncées dans ces documents, de même que les plans et devis ; c’est-à-dire contrôler la qualité de l’ouvrage aux différentes phases du projet.
Tous les ouvrages atteignent un niveau de vieillissement au-delà duquel il n’est plus rentable de les maintenir en état d’usage. On parle alors de la fin du cycle de vie. Chaque système, chaque matériau, chaque composante atteint éventuellement le terme de son cycle de vie et ne répond plus aux performances recherchées. La conception, l’agencement et la mise en place des composantes d’enveloppe doit ainsi tenir compte de la durabilité.
Vétusté et réhabilitation
Laboratoire accrédité par les principaux organismes reconnus en Amérique du Nord

Une cause importante des désordres est attribuable au manque d’entretien dans les bâtiments. L’entretien n’est certes pas exclusif aux bâtiments, car toute infrastructure doit être entretenue (routes, ponts, barrages, etc.). Toutefois, l’entretien de l’enveloppe du bâtiment est particulier, car celle-ci définit et constitue une séparation entre des milieux différents qui subissent des conditions environnementales parfois contradictoires et, au surplus, elle sert à abriter et à protéger des gens.

Nous considérons l’entretien comme étant l’ensemble des travaux planifiés, périodiques ou récurrents pour conserver ou maintenir en état d’usage l’ouvrage afin d’en préserver la valeur et de procurer aux usagers un niveau de confort et de sécurité ou de salubrité raisonnable.
Quant à la réhabilitation, elle se définit en termes de travaux d’amélioration générale ou de mise en conformité aux normes et codes en vigueur. C’est une remise à neuf ou la restitution d’un aspect neuf. Quant à la réfection, il s’agit essentiellement d’un travail de remise en état et de réparations d’un ouvrage qui ne remplit plus ses fonctions, suite à une dégradation ou à des malfaçons.

Comportement en service
Une référence recherchée par les acteurs principaux de la communauté de la construction
Le comportement en service se distingue du comportement initial par les modifications, la perte graduelle de la performance ou toute altération que subit l’ouvrage au cours de sa vie en service. Le comportement en service constitue une donnée essentielle, qui se mesure et qui se calcule afin de vérifier le potentiel qu’a l’ouvrage en question à réagir adéquatement.